2016 : une année noire pour les drones en termes d’incidents

0

L’EASA (Agence européenne de la sécurité aérienne) tire la sonnette d’alarme suite à son dernier rapport. Elle démontre qu’en seulement un an en 2016, on dénombre plus du double d’accidents que sur les 5 années précédentes cumulées. De plus en plus de comportements irresponsables en sont en grande partie la cause. La courbe est exponentielle et n’est pas prête de s’infléchir avec le succès grandissant des drones, l’agence de sécurité a donc mis en place un groupe de travail afin de trouver des solutions.

2016 restera une année marquée par une hausse spectaculaire des problèmes liés aux drones. En effet, l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a reporté plus de 1400 incidents en 2016, là où il n’y en avait eu que 606 sur une période allant de 2011 à 2015 ! Un point qui peut potentiellement provoquer des problèmes dans l’espace aérien de notre pays, avec des conséquences parfois très graves notamment à proximité des aéroports ou de sites classés SEVESO.

Un lien à faire entre la hausse des incidents et la multiplication des drones

Le fait qu’il y ait de plus en plus de drones qui circulent n’est pas étranger à cette augmentation spectaculaire d’incidents. Bien que ces derniers ne soient pour la plupart pas d’une très grande gravité, quinze incidents ont été assimilés à des accidents en 2016, contre 2,6 annuellement et en moyenne entre 2011 et 2015.

Patrick Ky, le directeur de l’AESA a donné quelques explications supplémentaires lors d’une intervention chez l’Association des journalistes professionnels de l’aéronautique et de l’espace (AJPAE) : il y a, pour lui, « de plus en plus de drones qui volent n’importe où, n’importe comment ».

Le drone: un risque potentiel pour l’espace aérien

L’AESA a fourni plus de précisions sur les caractéristiques de ces incidents : la plupart ont lieu entre 0 et 6000 pieds et correspondent à un non-respect de l’espace aérien. Dans beaucoup de cas, les utilisateurs ont perdu le contrôle de leur engin ou n’ont pas forcément acheté des drones de très bonne qualité. De même, ces utilisateurs ne sont pas toujours très bien informés.

Pour enrayer cette multitude d’incidents, l’AESA a mis en place un groupe de travail ayant pour objectif de faire une évaluation des risques de chocs entre avions et drones. Des expérimentations sont même en train d’être menées, afin de constater les dégâts possibles si un drone venait à percuter le pare-brise d’un avion.

Share.