Du (bon) vin et des drones

0

Des producteurs de vin français utilisent déjà les drones pour optimiser leurs cultures.

Un drone dans un vignoble, cela ne vous rappelle rien ? Il y a quelques mois, nous avions évoqué une expérience réalisée par des producteurs américains qui utilisent un drone pour l’arrosage et éventuellement pour la diffusion de produits. Mais pour l’expérience, on s’est contenté d’eau fraiche.

En France, les vignobles commencent aussi à explorer les possibilités offertes par ces machines volantes. Plutôt que d’arroser via un drone, certains ont tenté d’utiliser la machine volante comme outil d’optimisation et d’aide aux décisions. Explications.

Les vignobles Magrez, dans le bordelais, qui possèdent le château Pape Clément, le château La tour Carnet, le château Fombrauge et d’autres grand crus classés, ont fait l’acquisition d’un drone. Comment utilisent-ils la machine (équipée d’une caméra infrarouge) ? Celle-ci permet de faire des diagnostics et d’effectuer des mesures rapides. Ainsi, il est très facile de localiser les parties des domaines où des traitements comme la fertilisation sont nécessaires. L’entretient du sol, l’enherbement et les autres travaux sont aussi facilement gérés. Et le drone, grâce à sa caméra infrarouge, permettrait aussi de mesurer le niveau de maturité des fruits. Et de ce fait, chaque portion d’un vignoble est vendangée au moment idéal. Il va sans dire que cela améliore la qualité du produit final. Les vignobles Magrez se disent précurseurs.

Il y a quelques mois, nous avions aussi évoqué une expérience similaire menée par l’Université de l’Oregon (qui a pu obtenir une autorisation spéciale pour faire voler un drone) sur des cultures de pomme de terre. Grâce aux informations fournies par le drone (également équipé d’un capteur à infrarouge), il est possible de déterminer lesquels des parcelles présentent des patates en bonne santé. En effet, les patates reflètent plus de lumière lorsqu’elles sont bien cultivées.

(Source) 

Share.