Affaire : après le drone de Nancy, place à celui de la Tour Eiffel

6

Après l’histoire du lycéen de Nancy qui a été convoqué au tribunal, un autre individu s’est fait interpeller alors qu’il faisait voler un drone autour de la tour Eiffel.

Étant donné le nombre de drones de loisirs qui se sont vendus lors de la période de fin d’année, les affaires comme celle-ci pourraient se multiplier. Mardi soir, un jeune homme de 22 ans a été interpellé par la police pendant qu’il pilotait un drone. Celui-ci faisait le tour de la Tour Eiffel, au niveau du premier étage.

Selon Europe 1, les policiers l’auraient surpris alors qu’il était 23 heures. Son drone serait un « avion miniature de 50 centimètres de long et 50 centimètres d’envergure ».

Jeudi, le pilote a été condamné à payer 1000 euros d’amende. Le motif de la condamnation serait : « conduite d’aéronef non conforme aux règles de sécurité ». Le drone a également été confisqué et certainement la vidéo avec.

Il y a quelques jours, nous évoquions également l’affaire du drone de Nancy. Un jeune lycéen avait filmé Nancy avec son drone puis publié la vidéo sur le net. Une vidéo qui a attiré l’attention de la DRAC ainsi que celle des gendarmes. Accusé de « mise en danger de la vie d’autrui », le lycéen s’est vu convoqué dans un tribunal. Aux dernières nouvelle, Nans (son nom) aurait reçu une proposition de la ville de Nancy pour un éventuel achat de cette vidéo interdite.

Les cas comme celui-ci pourraient prochainement se multiplier. En effet, le pilotage d’un drone de loisir (même petit) est encadré par une régulation française, peut-être un peu trop stricte et inadaptée.

(Source)

Share.