Attention : votre drone de loisir peut vous coûter une convocation au tribunal

2

Avec l’arrivée des drones de loisir, on voit de plus en plus de vidéos et de photos aérienne amatrices postées sur le web. Mais parfois, celles-ci peuvent vous coûter des ennuis avec la justice. C’est ce qui est arrivé à ce jeune entrepreneur de Nancy.

Nans Thomas, âgé de 18 ans, a été convoqué au tribunal pour mise en danger de la vie d’autrui. Son crime ? Avoir fait voler un drone sur Nancy pour filmer la ville, et sans être en règle.

Le fameux clip (qui serait à couper le souffle) a été tourné le 30 janvier. Par un jour de beau temps, Nans décide de filmer Nancy. Puis, comme tout le monde (comme tous les amateurs de vidéos aériennes), ce dernier publie son œuvre sur YouTube et Vimeo.

Grâce aux réseaux sociaux, celle-ci devient très vite virale. D’après certaine médias, on parle de plus de 400 000 vues sur internet. Un bon coup de pub pour le jeune entrepreneur et de quoi réellement faire sauter de joie.

Mais voilà, le succès de la vidéo rattrape assez rapidement son producteur puisque sa vidéo a également attiré l’attention des autorités. Tout d’abord, Nans reçoit une lettre de la DRAC (Direction régionale de l’aviation civile) qui lui invite à se conformer à la régulation. Puis, c’est au tour des gendarmes de le contacter. A la sortie de la gendarmerie de Nancy, il est convoqué par le tribunal. On l’accuse de « mise en danger de la vie d’autrui ».

Effectivement, un crash du drone sur quelqu’un au sol ou sur un véhicule peut mettre en danger les autres. L’année dernière, un crash de drone dans une rue de Manhattan avait failli blesser un passant. Mais il n’y a pas que cela. La caméra embarquée du drone, une GoPro, pose aussi problème : des problèmes relatifs à la vie privée. De son côté, le jeune homme de 18 ans affirme qu’il ne savait pas qu’il fallait avoir une autorisation.

Mais comme nous l’avons expliqué dans un précédent article, il existe une réglementation française qui régit les vols de drones. Néanmoins, celle-ci est souvent jugée trop restrictive et peu adaptée au marché actuel.

Rappelons juste que les drones de loisir (les AR Drone, Husban et DJI Phantom) ont fait partie des articles les plus cités dans la liste de commandes du Père Noël, en décembre. Et nous doutons du fait que toutes les personnes qui en ont acheté soient au courant de l’existence de cette régulation.

Peut-être la loi devrait-elle faire la distinction entre drone de loisir et usage commercial, comme c’est le cas dans certains pays.

Depuis l’éclatement de cette affaire, la vidéo de Nans aurait été retirée. Mais nous avons trouvé cette vidéo de « Nancy vu du ciel » sur YouTube.

(Source)

Share.
  • drixxx

    C’est surtout tres cher pour avoir la DNC et le drone homologue voila le vrai probleme…
    Il serait peut etre bon de creer autre chose que le theorique ULM qui n’a pas vraiment grand chose a voir avec les specificité des drones, d’une DNC a 2000 euros et une homologation du drone a 1000 euros tout cela sans compter le prix d’un drone bien entendu. Tout ca c’est encore une grande machine a fric sans vision de la place d’une telle technologie dans notre futur.
    Un jeune entrepreneur de 18 ans c’est plutot bien dans un pays en crise sauf que il va avoir des « problemes ». C’est sur un video de neknomination est bien moins « risqué ».
    Bref je pense que les politiques devrait vraiment penser aux futurs de toutes ces technologie et des portes qu’elle vont ouvrir et pas seulement penser a donner des coups de baton.

    • pressecitron

      Entièrement d’accord.