Un drone biodégradable pour mieux nous espionner

0

La NASA développe un drone biodégradable qui se décompose en cas de crash.

Certains journalistes n’ont pas hésité à parler de « drone biologique » (je trouve l’expression assez terrifiante) et c’est plus ou moins le cas.

L’Armes Research de la NASA développe un drone composé principalement d’éléments biologiques. La structure du drone est faite d’une « matière fongique ressemblant à une racine appelée mycélium ». Elle a été cultivée dans un laboratoire, dans des moules, ainsi que sa surface protectrice. On sait également que les circuits ont été imprimés avec de l’encre à base de nanoparticules d’argent.

Bien entendu, tous les composants du drone ne sont pas biodégradables. Le prototype qui a récemment fait son baptême de l’air comporte encore des hélices, une batterie ou encore des moteurs ordinaires.

Mais l’idée est là et actuellement, d’après nos confrères du New Scientist, l’équipe travaillerait déjà sur une manière d’utiliser la bactérie E. coli pour fabriquer les capteurs.

L’idée principale est de développer un drone qui fondra en cas de crash, de manière à ce que, si jamais les débris sont retrouvés, « personne ne saura si vous avez renversé de l’eau sucrée ou si il y a eu un avion ».

(Source)

Share.