Drone: ce qu’il faut au minimum savoir avant de se lancer cet été !

0

Vous avez peut-être envie de vous acheter un drone cet été et vous êtes du genre, « j’ouvre la boîte et c’est parti ! « . Sachez que la réglementation a beaucoup évolué au cours des derniers mois et que désormais les risques sont nettement plus grands qu’aux débuts de l’arrivée de ces engins volants sur le marché. Nul n’étant censé ignorer la loi et sachant que vous n’avez pas forcément envie de lire des tonnes sur le sujet, voici un rapide aperçu de l’essentiel…

On assiste aujourd’hui à un engouement certain autour des drones, on recense la vente de pas moins de 470.000 appareils en 2016 en France, soit 90.000 de plus qu’en 2015. Face à cette explosion des ventes et assez logiquement avec la hausse des incidents, le gouvernement instaure régulièrement de nouvelles normes pour encadrer l’usage de ces engins. Il est donc utile de savoir quelles sont les limites liées à la réglementation, que se doit de respecter tout pilote de drones.

Des drones à utiliser exclusivement dans l’espace privé

L’usage du drone tel qu’il est autorisé en France est prioritairement lié à l’usage privé. Ainsi, vous ne pouvez pas l’utiliser en ville, et vous n’avez pas non plus le droit d’utiliser votre engin pour survoler des personnes ou des véhicules et encore moins de les piloter depuis un véhicule en mouvement.

De même, vous devez respecter une distance de sécurité et avoir toujours à l’œil votre drone. Le risque de collision étant potentiellement possible avec des hélicoptères, il a été décidé d’interdire les vols de nuit, et de limiter l’altitude à 150 mètres.

A cela s’ajoute l’interdiction de survol pour tout espace considéré comme stratégique, comme les zones militaires, les centrales nucléaires, des sites industriels à risque ou encore les aéroports. Cette restriction s’applique aussi pour des lieux jugés touristiques. Le gouvernement a d’ailleurs mis à disposition du public un portail d’informations pour connaître cette réglementation en détail (www.geoportail.gouv.fr).

Une réglementation de plus en plus stricte

Un des objectifs de la réglementation en vigueur et à venir, c’est de préserver la vie privée de tout un chacun. Vous ne pouvez pas filmer les gens à leur insu et il est nécessaire de faire un courrier, si vous souhaitez survoler la maison ou le jardin d’un propriétaire.

N’oubliez pas non plus d’apprendre à piloter correctement votre engin : à défaut de cela et en cas de dégâts causés par votre machine infernale, c’est votre responsabilité qui pourra être engagée. Vous pouvez ainsi écoper d’une grosse amende allant de 15.000 à 75.000 euros, si vous n’êtes pas en conformité avec la loi.

Enfin, ne vous attendez pas à un assouplissement des règles à l’avenir, une loi a d’ailleurs été votée récemment visant à contraindre prochainement les usagers possédant des drones d’au moins 800 grammes, à les faire enregistrer à la préfecture. D’ailleurs concernant ce point, le seuil pourrait même encore évoluer dans les mois à venir, il est donc important de rester informé en permanence pour ne pas se retrouver en infraction sans le savoir. A bon entendeur !

Share.