Facebook lance son drone Aquila pour fournir internet partout dans le monde

0

En cette fin de semaine, Facebook a révélé qu’il avait terminé la conception de son drone solaire Aquila. Un drone qui permettra de fournir internet dans des zones sans connexion, grâce à un puissant laser.

C’est via ce drone que Mark Zuckerberg espère rapidement mettre au point un réseau de communication laser dans les airs, afin de couvrir les zones qui ne disposent toujours pas à ce jour d’internet sur la planète et qui représentent pourtant une importante part de l’humanité.

Facebook termine son premier drone Aquila, destiné à fournir Internet dans le monde

Le réseau social Facebook n’a jamais caché son ambition de fournir internet à chaque humain de la planète et une couverture à chaque mètre carré du globe. Un défi que plusieurs autres géants du web tentent également de remporter. Facebook vient de faire un pas de géant puisqu’il a terminé son premier drone Aquila à échelle réelle.

Le drone Aquila a été conçu au Royaume-Uni, il a la taille d’un Boeing 737 pour un poids inférieur au plus petit modèle de voiture (environ 450 kilos). Yael Maguire un ingénieur travaillant sur ce projet a déclaré qu’une étape venait effectivement d’être passée et a révélé que « le système de communications laser peut atteindre des dizaines de gigaoctets par seconde, soit environ 10 fois mieux que le plus avancé actuellement».

Une flotte de drones Aquila reliés par laser

Dans les faits, Facebook souhaite que ces lasers puissent à terme relier tous les drones entre eux, afin de créer un réseau où chaque drone serait aussi un relais. Il s’agirait d’une sorte de « charpente d’internet avec des lasers dans le ciel ». Ces lasers ont une précision impressionnante, ils peuvent viser une pièce présente à 18 kilomètres de distance. Les lasers relieraient donc les drones entre eux, mais aussi ces derniers avec les installations présentes sur terre. Cette flotte de drones Aquila évoluerait à une distance d’environ 18 à 27 kilomètres d’altitude dans le ciel.

Facebook a toutefois expliqué qu’il ne comptait pas personnellement mettre sur pieds ce réseau avec ses propres fonds. L’objectif de la firme est de fournir un projet clé en main qui a été élaboré et testé, puis de le vendre aux gouvernements ou à des entités qui souhaiteraient s’en doter pour couvrir une région ou un pays.

Source

Share.