Hacking Team souhaitait proposer un drone capable de pirater des PC à distance

0

La société d’espionnage Hacking Team qui avait fait l’actualité ces derniers jours après s’être fait voler des données par des hackers, dévoilant ainsi les méthodes utilisées pour espionner des entreprises ou des gouvernements, fait aussi parler d’elle dans l’univers des drones. D’aprés des documents, elle souhaitait développer un drone capable d’infecter des PC à distance !

Hacking Team souhaitait mettre au point un drone « hacker »

Parmi les 400 Go de données ultra-confidentielles volées par des hackers à la société Hacking Team, se trouvent des informations évoquant une technologie de drone capable d’infiltrer un réseau Wi-Fi à distance ! De l’espionnage via un drone, on se croirait tout droit sortie d’un film de James Bond, pourtant les documents montrent clairement que la société Hacking Team négociait avec une entreprise appelée Insitu (un fabricant de drones appartenant à Boeing).

Une série de mails échangés pendant plusieurs semaines évoque : « un équipement conçu pour insérer du code malicieux dans les communications d’un réseau Wi-Fi » ou encore : « Nous aimerions potentiellement intégrer votre système de piratage de Wi-Fi à un système aérien et nous souhaiterions prendre contact avec un de vos ingénieurs qui pourrait nous expliquer, plus en détail, les capacités de l’outil, notamment la taille, le poids et les spécifications de votre système Galileo (un logiciel espion) ». Hacking Team indiquant dans ces communications : « Gardez à l’esprit que nous ne pouvons vendre nos produits qu’à des entités gouvernementales »

De son côté la société italienne a nié tout projet de travail sur des drones dans un communiqué très simple : « Hacking Team n’a été impliqué dans aucun programme utilisant des drones comme cela a été rapporté ». Quand on découvre ce genre d’informations, il y a de quoi être encore un peu plus inquiet des survols de drones au-dessus des sites sensibles, comme des bases militaires ou des centrales nucléaires, car les drones pourraient servir à autre chose que prendre de simples photos, et plutôt être utilisés comme chevaux de Troie pour pirater les systèmes informatiques de l’intérieur, avec des attaques de type « men in the middle » par exemple.

Source

Share.