Hubsan X4 H107D FPV : prise en main et vidéo

6

Après une longue attente pleine d’incertitudes (sortira, sortira pas ?), le mini-quadcopter Hubsan X4 H170D FPV est finalement arrivé dans toutes les bonnes crémeries mi-octobre dernier. Étant de nature curieuse autant qu’impatiente (que voulez-vous, les grands gamins ne savent pas attendre), je me suis empressé de commander un exemplaire de ce petit engin révolutionnaire et bourré de technologie.

Révolutionnaire ? Généralement j’évite comme la peste ce terme fortement galvaudé, mais ici en l’occurrence je crois qu’il reprend tout son sens. En fait, si l’on prend chaque caractéristique du X4 séparément, aucune n’est véritablement révolutionnaire. Ce qui l’est c’est la somme de toutes ses fonctionnalités, qui additionnées en font une machine vraiment innovante. C’est en effet le premier appareil de ce type qui réunisse à la fois « out of the box », c’est à dire prêt à fonctionner à la sortie de l’emballage l’hyper miniaturisation, une caméra embarquée, un retour vidéo en direct sur grand écran intégré dans la télécommande (FPV), l’enregistrement vidéo des vols sur une carte micro-SD, un stabilisateur gyroscopique et une portée théorique de 100 mètres.

Le tout dans une machine pesant tout juste 50 grammes et tenant dans la paume de la main.

Pour avoir tout cela réuni, il y avait jusqu’à présent trois solutions : soit fabriquer son drone soi-même, soit acheter un drone et installer dessus une caméra et un dispositif de retour vidéo, avec donc un écran à installer en plus sur la télécommande, avec tous les travaux que cela suppose, inaccessibles au non-initié, soit se tourner vers des machines beaucoup plus grosses et plus chères. Et encore : si l’on pense par exemple à l’ARDrone,il faut aimer le pilotage à partir de l’écran de son smartphone, avec des manettes virtuelles que l’on actionne en effleurant la dalle tactile de l’appareil. Pas trop ma tasse de thé.

Précisons que Hubsan n’en n’est pas à son coup d’essai : avant le X4 FPV, nous avons déjà eu droit à trois générations de mini-drone : le X4 « basique » eb V1 puis V2, et le X4 H107C, qui embarque une caméra HD (de meilleure qualité que le FPV) mais sans retour vidéo, avec donc une télécommande standard.

Qu’y a-t-il dans la boîte ?

Le package est original puisqu’il ne comprend pas une, mais deux boîtes : une grande pour la télécommande, et une toute petite (format boite de smartphone, version carrée) pour le X4. Dans la boîte de la télécommande, il y a la télécommande, un petit guide d’utilisation et puis c’est tout. Dans la boite du quad, on retrouve le X4, un cordon USB pour recharger la batterie, un jeu de 4 hélices de rechange et la batterie (pré-installé dans l’appareil). Il se murmure que certains clients ont eu la chance de trouver en plus dans la boite pour le même prix la carène de protection des hélices. Ce n’est pas mon cas (à moins qu’il y ait un double-fond avec un code maya pour y accéder).

Le tout est bien présenté, sobre et juste assez soigné pour réveiller instantanément le gosse qui est en vous et vous donner envie de mettre tout le bazar en route avec la même impatience que celle d’un matin de Noyel.

02

Fonctionnement, ergonomie

Nous l’avons vu, ce X4 FPV est prêt à fonctionner dès sa sortie de boite, en mode plug and play si vous me permettez l’expression. Et c’est donc exactement le cas : en suivant les précautions de base habituelles, vous mettez donc d’abord des piles dans la télécommande (4 x LR6), vous vérifiez que la batterie du X4 est bien chargée (compter environ 1h40), vous allumez la télécommande, vous attendez 3 secondes que la mention « Bind to airplaine » (connectez à l’aéronef) s’affiche sur l’écran, vous connectez la batterie du X4 et la magie peut commencer. Regardez l’écran de la télécommande : vous voyez ce que voit le X4, sans aucun lag et avec une belle qualité. Magique je vous dis.

Il ne vous reste plus qu’à le faire décoller et vous régaler de l’image vidéo transmise en direct sur l’écran de la télécommande, avec ce petit côté reportage vidéo PAL SECAM typique d’une transmission d’image en direct par voie radio.

Comportement en vol

Bien sûr, lors des premiers vols, a fortiori en intérieur, vous devrez d’abord apprendre à maitriser l’engin en vol à vue avant d’envisager de le piloter en FPV avec le seul retour vidéo sur l’écran de la télécommande. S’il est bien réglé, cela ne sera pas trop difficile. Certes il est nerveux et moins placide qu’un bon vieuc DJI Phantom, mais avec quelques minutes d’accoutumance il se révèle étonnamment stable. Vous pouvez ajuster la précision des commandes, notamment en cas de dérive non souhaitée, en jouant sur les trims verticaux et horizontaux qui encadrent les joysticks de la télécommande.

Le X4 bénéficie de plusieurs options de sensibilité des commandes, paramétrables via l’écran de la télécommande. Par défaut il est en mode Normal. Si vous vous sentez une âme et des talents d’acrobate aérien et que vous avez planqué les verres à pied, la collection de bonzaïs et le chat, vous pouvez passer passez en mode Expert. Pour cela il faut effectuer un « clic » ou pression sur le joystick de gauche (si vous êtes en mode 1) ou de droite (si vous êtes en mode 2). Comme sur une voiture qui passe en mode Sport, les commandes sont plus directes, et l’engin est donc plus nerveux.

05

Alors le FPV avec cet écran, c’est comment ?

C’est génial, tout simplement. Le grand écran de la télécommande est clair et contrasté, et sa dalle mate évite les reflets y compris à la lumière du jour. La résolution annoncée de l’écran est de 720×480 pixels et la bonne surprise provient du fait qu’il n’y a aucun délai entre ce que « voit » le drone et ce que vous voyez sur l’écran. Pas de latence dans la retransmission, donc : pour une fois Léon Zitrone et Cognacq Jay sont parfaitement raccord (désolé pour les plus jeunes, vous ne pouvez pas comprendre).

Côté indicateurs sur l’écran, il y a :

  • en haut à gauche un chronomètre qui indique le temps depuis lequel le X4 et la télécommande sont connectés. Si l’on sait que l’autonomie en vol du Quad est d’environ 7 minutes, cela permet d’anticiper un atterrissage avant qu’il ne tombe comme une bouse parce-que les batteries sont vides.
  • au milieu, un voltmètre indiquant l’état de charge de la batterie du quad. On aurait préféré une vraie jauge genre smartphone mais on s’en contentera. Il faut juste savoir qu’à pleine charge il est en théorie à 4,4 volts, et que quand vous arrivez à 3,1 volts il est grand temps de poser l’engin, ou il va décider de le faire tout seul, sans vous prévenir, et sans freiner.
  • L’indicateur « REC » affichant que vous enregistrez une vidéo apparait  en bas à droite, et tout au pied de l’écran figurent les vu-mètres de réglage des trims.

Vidéo

Pour enregistrer votre vol en vidéo, il faut insérer une carte mémoire microSD dans le compartiment dédié installé sur le flanc gauche de la télécommande. Il suffit ensuite d’appuyer sur le bouton en haut à droite de la télécommande. Le voyant « REC » apparait alors. Pour visionner votre enregistrement vidéo directement sur l’écran de la télécommande, appuyez plus d’une seconde sur la manette droite (mode 2) de la télécommande et un menu apparait, avec entre autres le choix « Play ».

Si vous transférez les vidéos sur un PC, vous verrez que le dossier Videos de la microSD a découpé en plusieurs vidéos de moins de 120 Mo chacune. Autre constat étonnant : sur ma carte microSD de 8 Go, dès que j’enregistre une vidéo avec le Hubsan, même une seule de moins de 120 Mo, il ne reste que quelques dizaines de Mo disponibles, et je suis obligé de formater la carte pour retrouver les 8 Go d’origine…

Pour lire les vidéos, c’est malheureusement un peu moins rigolo : ces dernières sortent dans un format pourri de 720×240 pixels et votre film sera donc tout écrasé. Pour retrouver le format d’origine, il faut passer par un petit utilitaire gratuit. Pour tout savoir sur le sujet, rendez-vous sur HelicoMicro où le camarade Fred vous explique tout dans les moindres détails. Je vous rassure, ce n’est pas compliqué du tout, juste une petite manip et hop vous pourrez visionner vos œuvres de Yann Arthus Bertrand , version « Mon salon vu du plafond » (ou « Le bikini de la voisine vu du haut de la palissade »).

Un dernier truc : à côté du slot microSD figure un port mini-USB. N’essayez pas de relier la télécommande à votre PC avec ce dernier, pour le moment il ne sert à rien, mais servira peut-être ultérieurement pour des mises à jour.

Côté qualité, évidemment il ne faut pas s’attendre à des miracles : c’est juste passable, voire médiocre. Regardez cette vidéo shootée par mes soins et jugez par vous-même. Sachez cependant que le rendu final n’est pas l’objectif de cette machine, puisque sa fonction première est le FPV, le vol en immersion donc. Cela étant je pense que l’on peut faire un peu mieux avec une meilleure lumière car le jour où j’ai faite cette vidéo il faisait gris et la nuit tombait (même si cela ne se voit pas sur les images).

Voir aussi cette photo extraite de la vidéo, légèrement retouchée.

mornant01-920x540

Autonomie

C’est un peu le point faible de ce genre de machine. Je n’ai pas mesuré précisément car j’avais oublié de mettre un chrono en marche lors de mon dernier vol mais j’évalue celle-ci à environ 7/8 minutes. Je précise pour ceux qui se posent la question que la batterie du X4 V2 de base est compatible et permet donc de faire voler le X4 FPV, mais avec un retour vidéo aléatoire, avec coupures intermittentes, puis un écran noir. C’est en tout cas ce qui s’est passé quand j’ai fait le test. A utiliser en dépannage, donc. Sinon prévoir une ou deux batteries supplémentaires lors de l’achat (avec des hélices aussi, tant qu’à faire).

En conclusion

Le Hubsan X4 H107D FPV est une machine merveilleuse qui offre à ceux qui en ont toujours rêvé de réaliser ce vieux fantasme de voler par procuration. La technologie évolue tellement vite que nous finirions presque par en être blasés. Mais réfléchissez un peu : si l’on vous avait dit il y a seulement cinq ou dix ans que pour moins de 150 euros on pourrait bientôt posséder un aéronef tenant dans la main capable de s’élever à près de 100 mètres pour filmer en direct, avouez que vous ne l’auriez pas cru. Voilà, c’est fait, et si vous avez 150 euros de côté et rêvez de découvrir les joies du FPV, n’hésitez pas une seconde : avant de passer à plus gros, plus cher et plus lourd, initiez-vous avec le Hubsan X4 H107D FPV, je ne crois pas que vous regretterez votre investissement.

J’aime

  • la taille de l’engin
  • l’ergonomie de la télécommande
  • la qualité de l’écran de la télécommande
  • la facilité de mise en oeuvre
  • la stabilité du quad
  • l’absence de latence vidéo
  • le prix

J’aime moins

  • la qualité de la vidéo sortie sur PC
  • l’autonomie un peu faible
  • une certaine nervosité de l’engin qui nécessite un bon apprentissage

Share.