La SNCF va démocratiser son utilisation des drones sur son réseau

0

La SNCF prend le virage des drones

Pour la SNCF, l’intégration des drones, c’est d’abord une toute nouvelle manière de travailler qu’il faut préalablement étudier pour l’optimiser. Nicholas Pollet, directeur du Pôle Drones SNCF expliquait d’ailleurs : « Aujourd’hui avec une ronde à pied on peut couvrir une zone de 5 kilomètres. Avec le drone, on peut couvrir une zone de 10 à 15 kilomètres et à haute fréquence. On passe toutes les quinze minutes dans le même endroit et on n’a une information très fine sur les intrusions de personnes dans ce périmètre ».

D’après la direction, la SNCF compte développer son Pôle Drones, avec d’ici la fin de l’année une dizaine de drones, puis de poursuivre cette évolution en 2016. Une équipe d’une quinzaine de spécialistes (chercheurs, ingénieurs, télé-pilotes) gèrent déjà certaines tâches, afin d’évaluer si les drones peuvent apporter un réel plus à la société dans des domaines aussi variés que l’inspection de parois rocheuses, de tunnels, la surveillance des clôtures, de bâtiments ou des voies ferrées, la maintenance des infrastructures, etc.

L’idée étant de limiter les risques du personnel travaillant dans des zones dangereuses et à baisser le coût de certaines tâches, qui requièrent des équipes spécialisées et du matériel lourd, comme des nacelles. La SNCF espère aussi pouvoir accélérer certains diagnostics sur le réseau ou des infrastructures, après des catastrophes naturelles ou des accidents, afin de pouvoir gagner du temps et faire reprendre le trafic plus rapidement. De plus, en effectuant ces travaux depuis le ciel et non plus avec une équipe au sol, il ne serait plus nécessaire d’arrêter le trafic. Autant de points non négligeables pour la SNCF, pour diminuer le nombre de retards et pour réaliser d’importantes économies.

Mais le vrai point que les travaux de recherche de la SNCF doivent tenter d’améliorer avec les drones, reste la surveillance du réseau, qui représente les trois quarts du budget alloué à ces travaux. Le risque terroriste et les très nombreux vols de métaux nécessitent que la SNCF trouve un nouveau moyen, pour mieux sécuriser son réseau au quotidien. Les drones semblent donc être une partie de la solution.

Source

Share.