Les drones Aquila de Facebook sont en bonne voie pour connecter le monde

0

Facebook semble avoir gagné son pari, puisque le réseau social a réussi à faire voler son premier drone solaire Aquila. L’entreprise espère utiliser un réseau de drones, afin de servir de relais pour connecter les endroits les plus reculés de la planète.

Après des mois à faire voler un modèle réduit du drone Aquila à l’échelle 1/5ème, le vol qui s’est déroulé hier au Yuma Proving Ground, une base militaire située dans l’Arizona, est un moment historique pour Facebook. C’est la première fois que son drone solaire Aquila a pu voler en conditions réelles.

Premier vol pour le drone Aquila de Facebook

Comme l’a expliqué Jay Parikh, ingénieur en chef chez Facebook : « Nous faisions voler une version réduite à 1/5e d’Aquila depuis plusieurs mois, mais c’est la première fois que nous faisons voler l’appareil de taille réelle ». Cette première réussite est le départ d’une phase d’expérimentations désormais, car comme l’a souligné Jay Parikh : « Nous allons pousser Aquila jusqu’à ses limites avec une longue série de tests dans les prochains mois et années », ajoutant : « Nous ferons voler Aquila plus vite, plus haut et plus longtemps, pour l’emmener finalement au-dessus de 60.000 pieds ».

Durant cette journée de test, le drone Aquila a volé à une petite altitude durant 96 minutes, soit trois fois plus que ce qui avait été défini au départ. A terme, le drone Aquila devra voler à 18 kilomètres d’altitude en position géostationnaire et devra être parfaitement autonome grâce à l’énergie solaire.

Un réseau de drones pour connecter la planète à internet

Dans les airs, il sera relié aux autres drones en forme de réseau, maillés via des lasers et reliés au sol, afin de servir de relais avec les infrastructures terrestres de télécommunication. De cette façon, Facebook entend couvrir de vastes zones de la planète qui sont aujourd’hui dépourvues de réseaux fiables, afin de connecter à internet les habitants qui y résident.

Le réseau social de Mark Zuckerberg souhaite aller vite, car son projet à un concurrent direct, puisque Google s’est mis dans la tête de connecter également chaque centimètre de la planète, mais avec des ballons sondes dans son cas, le fameux projet Loon. Quoi qu’il en soit, les drones démontrent encore une fois, leur capacité à rendre de précieux services à l’humanité.

Source

Share.