Les drones déployés au Mali

0

Alors que des élections présidentielles sont prévues au Mali pour le 28 juillet, c’est l’occasion de faire le point sur les drones utilisés par l’armée française lors du conflit malien.

Harfang

Seulement une semaine après le lancement de l’opération Serval, l’esacadron de drones 1/33 Belfort de Cognac a été engagé sur le théâtre des opérations avec deux drones d’observation de type MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance), les Harfands du constructeur européen EADS en collaboration avec l’israélien IAS. Bientôt rejoint par un troisième modèles, ces drones surnommés Eagles One qui ont un rayon d’action de 4 000 kilomètres sont basés à Niamey au Niger. D’une envergure de plus de 16 mètres pour une longeur de 9 m et une hauteur de 2m30, pesant 1250 kg, les drones EADS Harfang peuvent voler à 207 km/h avec une autonomie maximum de 24 heures. Ils ont d’ailleurs dépassés les 100 vols dans le cadre de la surveillance du Sahel le 6 juin dernier, comptabilisant plus de 1 600 heures de vol. Ces appareils sont utilisés pour des missions de renseignement, de surveillance et pour désigner des cibles avec un illuminateur laser. Ces drones ont été engagés lors des phases critiques de l’opération de libération du Mali, lors de la reprise des villes ou lors des parachutages d’homme et de matériel. L’un des ces Harfangs à même battu le record d’autonomie, volant pendant 26 heures grâce à une modification aérodynamique.

Reaper

Trois MQ-9 Reaper sont également déployés par les Etats-Unis. Gérés par des sous-traitants, ces drones sont sous l’autorité de l’US Air Force. Contrairement au Harfang, le Reaper est armé. La France à d’ailleurs commandé en urgence deux Reapers à Général Atomics afin de renforcer les capacités des forces française au Mali. Comparé au Harfang, le Reaper est plus endurant, il a des capteurs plus performant et peut transporter plus de matériel. Les États-Unis d’Amérique soutiennent donc activement la France en leur apportant des informations. Aucune n’a filtré sur l’utilisation des capacités d’attaque du Reaper sur le théâtre Malien. Un premier groupe de 20 militaires de l’escadron ED-1/33 « Belfort » devrait se former au pilotage du Reaper dès cet été sur les bases de Creech AFB au Nevada et/ou d’Holloman AFB au Nouveau-Mexique..

Share.