L’Ifremer crée son propre drone aquatique, baptisé SPEEdoo

1

Nos confrères de chez Ouest France ont évoqué un drone relativement intéressant sur leur page « entreprise », que nous avons souhaité également mettre en avant, car il s’agit d’un drone aquatique et ils ne sont pas nombreux.

Il ne s’agit pas d’un drone de loisir, mais d’un drone conçu par Ifremer, l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer, dont le but est de pouvoir collecter plus facilement des échantillons d’eau. Le drone SPEEdoo a été créé par Patrick Rousseaux et permet de très belles accélérations, puisqu’il peut aller à près de 46km/h, ce qui est déjà une très bonne vitesse en mer.

Le drone est donc destiné à un usage scientifique essentiellement tourné à la collecte d’échantillons, en vue d’analyser l’eau, la pollution et la micro faune présente en mer, comme le taux et les types de planctons.

Le concept du drone SPEEdoo est né d’un constat dévoilé par un membre de l’équipe de recherche de l’Ifremer : « Nos prélèvements étaient parfois effectués trop près du bord de mer. Pour les éloigner, de 500 m, nous avions besoin d’un outil plus simple. Transportable dans une voiture et manipulable par une seule personne ».

Le SPEEdoo dispose de tous les atouts pour affronter la mer, une coque ultra résistante, un système permettant de se retourner dans le bon sens en toute circonstance et surtout un moteur hydrojet. Ce moteur pompe l’eau sous le bateau, puis expulse cette dernière à très haute vitesse derrière le drone SPEEdoo.

La société Tecdron (située près de La Rochelle) a été créée afin de pouvoir commercialiser ce drone pour tous les spécialistes du secteur, qui ont besoin d’effectuer des prélèvements réguliers en mer. Il ne fait aucun doute que le SPEEdoo séduira les acheteurs potentiels, car comme l’indique l’Ifremer, ce drone fait baisser le coup d’un prélèvement à une quinzaine d’euros, là où avant il fallait débourser presque 1000 euros pour une sortie en mer.

Comme le dévoile Ouest France qui a interrogé Patrick Rousseaux : « On peut désormais effectuer des prélèvements pour 15 €. Autrement, c’est entre 300 à 1 000 € s’il faut louer un bateau. »

Source

Share.