L’usage des petits drones par les trafiquants de drogue ne date pas d’hier

0

L’histoire du drone qui a tenté de faire passer de la drogue entre le Mexique et les Etats-Unis a fait le buzz. Pourtant…

Drone pixabay

Contrairement aux entreprises américaines, les trafiquants qui opèrent entre les Etats-Unis et le Mexique n’ont pas attendu la bénédiction de la FAA (l’équivalent de la DGAC au pays de l’Oncle Sam), ni la nouvelles règlementation encadrant l’usage des drones commerciaux (il y a encore quelques jours, on en discutait au sein du Capitole) pour mettre les petits drones civils au profit de leurs activités.

L’info a fait le buzz dans le monde entier. Un drone de type hexa-rotors s’est écrasé à Tijuana, au Mexique, non loin de la frontière avec les Etats-Unis. Cause du crash : avec presque 3 kilos de drogue (de la métamphétamine ou crystal meth), la machine était surchargée.

Pourtant, il n’y a plus rien de nouveau dans cela, du moin, selon les propos d’un employé de la DEA, l’agence américaine anti-drogue. D’après celui-ci, (au moins) 150 voyages ont été faits pour faire passer de la drogue entre les deux frontières, rien qu’en 2012. Parmi les autres « solutions » mis en œuvre par ces trafiquants, il y a également les tunnels et les catapultes.

Sinon, il y a également ceux qui ont tenté de faire passer des marchandises interdites dans une prison en utilisant un drone.

(Source)

Share.