« Marche avec un drone », le projet un peu fou d’un amoureux des Cévennes

2

Benoit Pereira da Silva est auteur logiciel et consultant mobile indépendant. Depuis juillet 2013, il travaille debout en faisant du surplace, à 3 km/h sur un tapis roulant, ce qui selon certaines études récentes, serait meilleur pour la santé que passer 8 heures par jours assis devant son écran.

A ce rythme, il « parcourt » en moyenne 100 à 120 km par semaine en travaillant. Après avoir fait en un an plus de 5000 km, il a décidé de sortir marcher en extérieur à la conquête des chemins, des vallées, des montagnes, et des paysages qui l’entourent.

Du 18 Août au 25, avec Nino, son fils de 13 ans et demi, il va marcher dans les Cévennes et en Gévaudan, avec un prototype de bureau nomade, autonome en énergie, précédé par une caméra volante haute définition. Le duo va bivouaquer et nous ne consommer que l’énergie produite par le chariot solaire que Benoît va tracter.

Durant son périple d’une semaine, il procédera également à quelques micro sessions de programmation au grand air, comme par exemple la corrections de petits défauts sur la prochaine version de l’application « Se coucher moins bête »
sur iOS qu’il développe en marchant. Une façon aussi de marcher moins bête…

Un drone pour filmer l’expédition

Mais ce qui nous intéresse surtout, c’est que Benoit va fabriquer un petit film qui va retracer l’aventure et la trajectoire. Pour cela il va utiliser un drone IRIS équipé d’une caméra Go Pro Hero+ black édition fournie par l’un de ses sponsors, Escadrone. Le drone est équipé d’une caméra stabilisée. Le programme de vol a été spécialement développé
pour permettre un pilotage semi automatique pendant la marche.

drone iris
Le drone IRIS de 3D Robotics

Cependant, Benoit ne pourra malheureusement pas filmer l’intégralité de son périple avec le drone : la direction du Parc National des Cévennes lui a opposé une fin de non recevoir en interdisant purement et simplement, et sans fournir aucune explication, le survol du parc avec un drone. Dans ce contexte, c’est regrettable, pour ne pas dire juste stupide.

Pour suivre l’aventure étonnante « Marche avec un drone », rendez-vous sur le site : http://walkingworking.com/md2014/

Share.
  • Fred

    Le survol avec des aéronefs motorisés est interdit a moins de 1000 m : l’explication est clairement précisé dans le document …. les règles de l’air s’applique également au drone …. dommage mais normal ….

    • pressecitron

      Oui mais ils n’expliquent pas les raisons de cette règle. On peut comprendre que le survol soit interdit par un avion, un hélico ou un ULM, mais l’appliquer de façon aveugle à un drone de 500 grammes sans prendre en considération la spécificité de cette demande, c’est stupide. Mais bon, c’est l’administration française dans toute sa splendeur hein…