Parrot lance un drone agricole !

0

Un drone dédié aux agriculteurs, c’est ce que Parrot lance au Salon de l’Agriculture.

Fort du succès de l’AR Drone, une petite machine volante destinée aux dronistes de loisirs, Parrot est maintenant une société connue dans le monde entier. Dernièrement, lors de Salon de l’électronique de Las Vegas, ce dernier avait présenté deux nouveaux « jouets ».

Mais contrairement à ce que vous pouvez croire, le constructeur français fabrique aussi des outils pour les professionnels. L’année dernière, Parrot avait lancé le drone eBee, destiné à faciliter les opérations de cartographie aérienne. eBee a été développé par Sensefly, une société suisse dont le Français a fait l’acquisition il y a plus d’un an de cela.

Et le nouveau drone que Parrot présente au Salon de l’agriculture est une sorte de variante de l’eBee. Mais cette fois-ci, il est équipé d’un capteur photo multi-spectral. Celui-ci a été développé par la société Airinov, sur recommandation de l’Institut National de la Recherche Agronomique.

Ce drone professionnel se veut facile d’utilisation et simple à déployer. Il se guide par GPS. Pouvant voler à 150 mètres d’altitudes, il couvre facilement une superficie de 10 hectares et offre une haute résolution d’imagerie : 20 fois supérieure à celle des satellites, d’après Parrot.

Le capteur mesure la réflectance au sol, c’est-à-dire la lumière que reflètent les feuilles. Cette information permet ensuite de réaliser une carte révélant les caractéristiques et l’état des plantes. La carte est réalisée grâce à un modèle développé par l’INRA et permet aux agriculteurs de prendre de meilleures décisions pour optimiser et rentabiliser leur production.

Le drone eBee mesure 96 cm d’envergure, pèse 750 grammes et peut voler jusqu’à 80 km/h. Son autonomie est évaluée à 45 minutes de vol. Notons qu’il s’agit d’un drone de type avion.

Depuis que l’on évoque des usages de drones dans le secteur agricole, on se demandait un peu quand est-ce-que des constructeurs très connus comme Parrot ou DJI allaient s’attaquer à cette niche. En effet, jusqu’à présent, la majorité des drones utilisés (souvent à titre d’expérimentation) par des agriculteurs étaient des prototypes ou des machines plus ou moins faites sur mesure.

Dans une interview, Metronews a posé une question au fondateur de Parrot, par rapport à l’affaire du lycéen de Nancy qui a été convoqué au tribunal pour avoir filmé illégalement une vidéo aérienne. « Le cadre légal reste à préciser, mais on ne peut évidemment pas tout faire avec son drone. Aux utilisateurs de respecter ce que la loi leur permet de faire » a-t-il répondu.

(Source)

Share.