SERVAL: Système Embarqué de Reconnaissance Vecteur Aérien Léger

0

L’escadrille CEPA 10S de l’Aéronautique Navale française a pour principale mission de suivre le développement et la mise au point des aéronefs, du développement aux essais techniques, afin d’accumuler pour le compte de la Marine française et de la Délégation générale pour l’armement des données sur le matériel opérationnel. C’est dans ce cadre qu’elle test depuis l’automne 2012, sur le patrouilleur d’expérimentation L’Adroit un drone de type hélicoptère, le S-100 Camcopter du fabricant autrichien Schiebel. Avec 120 heures de vols et près de 200 appontages, la Marine française est en avance sur ses consoeurs européenne dans l’utilisation des drones de reconnaissance.

le-cf-marc-grozel-fait-decoller-le-drone-en-mode-semi-manuel

Le pilotage de Camcopter S100 est un peu particulière et nécessite trois intervenants:

  1. un chef de vol qui coordonne la mission
  2. un pilote de drone
  3. un cadreur pour le retour vidéo

Les déplacements reposent sur un système de points de passage GPS, auquel il est possible d’associer des actions, comme un changement de vitesse ou d’altitude, une mise en stationnaire ou en orbite du drone. Le Camcopter S-100 pèse 200 kg et peut voler jusqu’à 5 500 mètres. Son autonomie est de 6 heure et sa vitesse maximale de 220 km/h. Il mesure 3 mètres de longeur et 1m de haut et peut parcourir jusqu’à 130 km. Lors de ses expérimentations, le CEPA 10S a perdu un Camcopter en mer, suite à un problème technique. Suite aux investigations menées, la responsabilité du pilote n’a pas été mise en cause et la Direction Générale de l’Armement a pu faire jouer la garantie auprès de la société autrichienne Schiebel.

 

Share.