Une société sud-africaine commercialise déjà des drones anti-émeutes

2

Il y a quelques semaines, nous évoquions la présentation du drone CUPID, embarquant un pistolet électrique et capable d’envoyer une lourde décharge sur un éventuel assaillant. Toujours dans le même concept, une société sud-africaine a développé un drone multi-rotors capable d’envoyer des projectiles. Mais cette fois-ci, il s’agit d’un drone anti-émeutes et non d’auto-défense.

La machine en question est un drone de type hexa-rotors qui peut soulever jusqu’à 45 Kg de charge active.

Il porte le doux nom de « Skunk Riot Control Copter ». La société qui l’a développé est baptisée Desert Wofl. Le Skunk dispose à son bord de 4 canons de paintball qui sont capables de projeter 20 balles par seconde (par exemple, pour « marquer » les émeutiers). Le drone peut stocker jusqu’à 4000 balles, dont des balles au poivre.

Et en plus des canons de paintball, le Skunk peut également diffuser de la lumière stroboscopique, ainsi que des rayons laser aveuglants. A cela s’ajoute un haut-parleur qui peut servir à avertir les foules déchainées – Exemple : « Nous vous sommons de vous disperser !».

En matière de capteurs, il est équipé d’un capteur d’images thermiques, ainsi que d’une caméra HD.

Néanmoins, Desert Wolf n’a pas mentionné un détail important sur son site internet : l’autonomie de ce drone « lourdement » armé.

La polémique autour du Skunk

Actuellement, le Skunk est déjà disponible sur le marché. Selon la BBC, Desert Wolf a déjà reçu 25 commandes pour cette machine volante. Si le nom du client n’a pas été révélé, on sait qu’ils seront utilisés par une importante société d’exploitation minière. Par ailleurs, d’autres commandes seraient déjà attendues, par des clients locaux mais également internationaux.

Mais bien évidemment, la commercialisation de ce nouveau dispositif antiémeute est très loin de ne faire que des heureux. Parmi ceux qui s’inquiètent déjà, il y a l’ICRAC ou International Commitee for Robot Arms Control ainsi que ITUC ou International Trade Union Confederation. Selon le site RT, un porte-parole de ce dernier aurait déjà exprimé son opposition au développement de cette technologie : «Il s’agit d’un développement très inquiétant et répugnant ».

Image : Desert Wolf

(Source: 1/2)

Share.
  • angray

    Can this be called journalism if the writer can not even filter out french excerpts? Is this a french article? an english one?

    • pressecitron

      ?? Are you talking about the english version ? It is an automatic translation generated by Google Translate, far from perfect 🙂