Survol interdit : un drame évité de justesse entre un drone et un avion Air France

0

Voilà une situation qui devrait faire réagir les autorités et la classe politique pour durcir un peu plus la législation autour des drones. Un accident a été évité de justesse grâce à l’attention des pilotes d’un Airbus A320 d’Air France. En voyant un drone surgir devant lui, le pilote a eu le réflexe d’éteindre le pilotage automatique, ce qui a eu pour effet de faire se redresser légèrement l’avion, évitant ainsi le drone. Au moment des faits, l’avion volait à une altitude de 1600 mètres et était en phase de descente pour l’atterrissage à Roissy.

Une collision évitée par seulement 5 mètres…

D’après le BEA (Bureau d’Enquêtes et d’Analyses), il s’agit d’un incident très grave, car la collision a été évitée pour seulement 5 mètres. Le commandant de bord a effectivement indiqué que le drone était passé à « environ cinq mètres en dessous de l’aile gauche de l’avion ». La collision a été évité de justesse, mais l’inconscience de ce pilote de drone aurait pu terminer dramatiquement pour tous les passagers et le personnel de cet avion en provenance de Barcelone.

Normalement, la réglementation définit que les distances minimales d’éloignement des zones d’aviation peuvent atteindre 10 km pour les plus grands aéroports comme Roissy et que l’altitude maximale est de 150 mètres.

De nombreuses collisions ont été évitées de justesse ces derniers mois un peu partout en Europe et en France, tant et si bien que les autorités britanniques réclament que des tests soient effectués à échelle réelle, afin de constater les dégâts que pourraient occasionner un drone sur un avion de ligne en phase de descente. Il faut savoir qu’un avion vole encore à 400 km/h à ce moment, la collision avec un drone pourrait donc faire de sérieux dégâts pouvant engendrer dans le pire des cas, le crash d’un avion.

Source

Share.