Les parcs vont-t-ils tous devenir des « no drone’s land » ?

0

Aux Etats-Unis, le parc national de Yosemite vient explicitement d’interdire l’accès des drones dans son domaine.

En Californie, le parc National de Yosemite est célèbre pour ses paysages à couper le souffle, sa faune et sa flore. Pour les passionnés de drones et de vol en immersion, les lieux tels que ce parc sont des endroits rêvés pour faire un peu de pilotage et partager les incroyables images sur les réseaux sociaux.

Mais il semblerait que là aussi on ait sifflé la fin de la récré : le parc a explicitement interdit l’accès aux drones sur ses 3.000 km² de superficie. Ceci serait justifié par des textes fédéraux concernant la conservation et la protection des espèces. Voici une vidéo du parc de Yosemite, prise par un drone, quelque chose qui va se faire rare. Saisissant.

Aux Etats-Unis, comme dans d’autres pays du monde, le pilotage d’un drone à titre de loisir n’est pas aussi strictement encadré qu’en France. Bien sûr, les mesures de sécurité essentielles sont toujours à respecter.

Mais il peut arriver que sur un endroit précis (outre autours des aéroports), il soit interdit de faire voler un drone. Cela aurait pu être le cas d’une petite collectivité du Colorado qui est passée aux urnes pour décider si oui ou non, il fallait tirer sur les drones. Il y a également des endroits (où la chasse est autorisée) qui interdisent l’usage de ces machines volantes pour repérer les animaux. Bientôt, le kit du droniste devra inclure une liste des endroits interdits aux drones.

Ironiquement, en Afrique, un parc du Kenya a utilisé des drones au profit de la conservation. En effet, les machines volantes y sont utilisées pour repérer les braconniers qui chassent le rhinocéros.

(Source)

Image : By Jon Sullivan (http://www.pdphoto.org/) (http://www.public-domain-photos.com/) [CC0], via Wikimedia Commons

Share.