Les drones sont aussi au service des animaux

0

La gale est une maladie qui fait des ravages chez certaines espèces comme le chamois ou le bouquetin, de plus cette maladie est transmissible à l’homme. Les scientifiques ont donc décidé de mener une expérience utilisant des drones en Espagne, afin de mieux comprendre la propagation de la maladie et la contrôler.

Deux drones survolent les immenses forêts de la Sierra de la Nievas en Espagne, afin de localiser les chamois ou les bouquetins. Les télé-pilotes gérant les drones peuvent avoir une vue d’ensemble et se diriger vers des individus très précis, afin de faciliter le travail au sol pour leur tirer une fléchette tranquillisante sans faire peur au troupeau. Il s’agit d’un gain de temps énorme car il est possible de pouvoir faire davantage de prélèvement de sang au sol, puisque les troupeaux ont moins tendance à s’éparpiller.

L’un des membres de cette équipe, a confié : « Il est toujours préférable d’utiliser un drone, car il nous permet systématiquement une meilleure perspective. Sur le terrain, il y a de la terre, des buissons, des rochers et des montagnes et au moment où l’on vise les animaux avec des fléchettes, s’il y a bousculade, ils partent dans tous les sens. Avec un drone, on peut continuer à les traquer ».

Parmi les autres possibilités de l’utilisation des drones dans ce genre de contexte, il est possible d’avoir un meilleur contrôle sur une population d’animaux, ce qui peut s’avérer très utile en particulier sur les espèces en voie d’extinction. Cette technique de suivi apporte un troisième intérêt, très souvent les tranquillisants ou les anesthésiants rendent les animaux hagards et ces derniers peuvent parfois se perdre. Les drones permettent d’effectuer un suivi après l’intervention, afin de remettre les animaux sur le bon chemin, afin qu’ils puissent rejoindre le reste du groupe ou leur habitat naturel.

Source

Share.