[test] Yuneec Breeze, le premier drone réellement conçu pour le grand public ?

0

Avec le mini-drone Breeze, le constructeur chinois Yuneec cible résolument le grand public. Une petite révolution dans le monde du drone de loisirs. Voici notre test.

Avec sa gamme Typhoon, et notamment le Q500 4K, le constructeur chinois Yuneec nous avait déjà habitués à des machines de qualité, bourrées de technologie et pouvant sans complexe aller chasser sur les terres d’une référence comme le DJI Phantom 4.

Mais c’est aujourd’hui à une autre cible que Yuneec s’adresse avec le tout nouveau Yuneek Breeze, celle du grand, du très grand public.

Compact, léger avec 380 grammes et parfaitement packagé, le Yuneec Breeze cible tous ceux qui rêvent de faire de la bonne photographie et vidéo aérienne mais que l’idée d’investir dans un drone coûteux et surtout de le piloter effraie un peu.

breeze02

« L’iPhone » du drone, enfin ?

Avec le Breeze on peut même se demander si le marché du drone n’est pas en train de connaitre son « moment iPhone », à savoir l’arrivée d’une machine simple à utiliser pour les profanes, compacte, très réussie esthétiquement, et pour autant très évoluée sur le plan technique.

Les concepteurs du Breeze semblent avoir parfaitement un point fondamental et pourtant souvent négligé : l’habillage et l’emballage – le packaging – comptent autant que le produit lui-même. Ainsi outre sa ligne très réussie sa carrosserie toute en courbes, le Yuneec Breeze est livré fourni dans un petit coffret tout blanc en plastique de 20 cm par 20 cm sur environ 5 cm de haut. Un petit écrin dans lequel tout est parfaitement calé, à savoir le drone lui-même,  mais également sa batterie, et les protections d’hélices.

fullsizerender fullsizerender2 fullsizerender3

Un packaging qui correspond à la cible visée, à savoir un public non-initié qui a juste envie de faire quelques belles images aériennes de ses moments uniques. D’ailleurs la vidéo de lancement du Breeze est très révélatrice puisqu’on y voit toutes sortes de personnes dans diverses situations, sports, balade, escalade, plage, et – chose rare dans ce genre de clip promotionnel – des femmes sont mises en avant dans l’utilisation du drone.

Une application simple, mais qui demande un temps d’adaptation

Dans mes tests j’ai été un peu dérouté au départ par l’application Breeze Cam, qui est très bien conçue mais qui n’est pas aussi simple et évidente au départ, avec notamment de nombreux menus et tutoriels qui se lancent à chaque clic sur une fonction. Les opérations automatisées demandent un petit temps d’adaptation et de compréhension avant de se lancer. Mais une fois qu’on a assimilé cela devient très facile et intuitif et l’on peut vraiment lancer son drone rapidement dans n’importe-quelle situation avec un grand sentiment de sécurité.

breeze-cam-app

J’ai testé un vol au maximum de ses capacités, à savoir 80 mètres d’altitude et 80 mètres de distance, avec décollage, retour et atterrissage automatique, et tout s’est très bien passé. Les images sont fluides et belles, mais il vaut mieux passer en 1080p car la 4K n’est pas stabilisée puisqu’il s’agit d’une stabilisation logicielle. Côté autonomie il ne faut malheureusement pas attendre de miracle puisque la batterie tient entre 10 et 12 minutes.

Photo prise avec le Yuneec Breeze (cliquer pour voir en HD)

Photo prise avec le Yuneec Breeze (cliquer pour voir en HD)

Fonction « follow me » à revoir…

Toutes les fonctions automatisés marchent bien sauf le suivi automatique « follow me » qui reste assez capricieux et peu convaincant puisque le drone avait quand même du mal à me suivre et à me cadrer, notamment dans les changements de direction.

Le tilt de la caméra, à savoir son orientation verticale pilotée à partir de l’application, fonctionne très bien et peu s’avérer très fluide à condition de bien maitriser le mouvement avec le doigt sur l’écran.

En conclusion le Yuneec Breeze est une machine très convaincante, bien finie, dont la qualité inspire confiance, et dont la technologie n’a rien à envier à des machines plus chères et plus huppées. On aimerait peut-être que le constructeur propose dans un deuxième temps une vraie télécommande en accessoire optionnel pour ceux qui veulent un pilotage plus fin, et pourquoi pas des lunettes connectées pour du vol en immersion, même si la portée limitée du drone ne le justifie pas forcément.

Cela étant, à 499 euros ce n’est pas spécialement une bonne affaire et mon avis est qu’un drone qui se veut réellement devrait plutôt se situer dans une fourchette de prix entre 200 et 300 euros.

Gageons cependant qu’on trouvera beaucoup de petits Breeze sous le sapin lors du prochain Noël…

J’aime bien

  • le design
  • le poids
  • le format
  • les rotors et pieds pliables
  • la facilité d’utilisation
  • la réactivité et la facilité en mode pilote
  • la qualité des images
  • le packaging avec le coffret inclus

J’aime moins

  • l’application un peu trop chargée de tutoriels et pas super intuitive au premier contact
  • le mode Follow Me qui fonctionne mal, voire pas du tout
  • pas de stabilisation en 4K
  • autonomie trop juste
  • le prix un peu élevé

>> Regardez notre vidéo de test du Yuneec Breeze

 

Share.